Scroll down
Drame, Comédie

Léolo

Léolo se présente comme un véritable voyage dans l’imaginaire de Léolo Lauzone, enfant d’un quartier populaire de Montréal qui cherche à s’extraire de la famille dysfonctionnelle dans laquelle il est né.

Synopsis

Léolo

Le film

Il y a plus de 25 ans sortait à Cannes, puis au Québec, ce film mythique qu’est Léolo. Chronique à la fois sociale et poétique, Léolo se présente comme un véritable voyage dans l’imaginaire de Léolo Lauzone, enfant d’un quartier populaire de Montréal qui cherche à s’extraire de la famille dysfonctionnelle dans laquelle il est né. Craignant plus que tout de devenir fou comme la plupart des membres de sa famille, il s’évade du réel par les rêveries et la lecture de L’avalée des avalés de Réjean Ducharme. Guidé par une voix hors-champ donnant au film une lecture à la fois intime et distanciée, le film se présente comme un portrait familial aussi décapant que tendre.

Automne 1991 et début d’hiver 1992. Pendant 4 mois, le monteur Michel Arcand travaille avec l’acharnement qu’on lui connaît au montage du film. Il structure, restructure, monte, démonte et donne au film le souffle qu’il réclame. Véritable ruche affairée et incessante, la salle de montage, avec ses 185 000 pieds de pellicule 35 mm croule sous les chutes que l’assistante recolle et reclasse sans arrêt. Ce lieu protégé devient la véritable salle d’accouchement du film. Quatorze, parfois quinze heures par jour, le film est travaillé et retravaillé sur la Steenbeck. Liés par une amitié profonde, Michel Arcand et Jean-Claude Lauzon vont pousser le film dans ses derniers retranchements afin d’en sortir le chef-d’œuvre qu’on connaît aujourd’hui. C’est cette aventure extraordinaire que Michel Arcand se propose de partager avec le public. Comment, à cette époque, lui est apparue la matière du film ? Quels en étaient les enjeux ? Comment la musique, la voix off, la construction du récit se sont orchestrées ?

  • Réalisateur Jean-Claude Lauzon
  • Monteur Michel Arcand
  • Distribution Gilbert Sicotte, Maxime Collin, Ginette Reno
  • Date de sortie 16 septembre 1992
  • Durée 107 mins

Projections

Le Monteur